Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Impressons - Sarlat - Périgord Noir - Dordogne

Sarlat Périgord Noir Dordogne : textes, photos, vidéos, sons... Guillem Boyer

Saint-Cyprien en 2011 : une usine ferme

Article paru dans L'Essor Sarladais en septembre 2011

Saint-Cyprien en 2011 : une usine ferme

Saint-Cyprien : Teton liquidée

Une nouvelle usine de textile touchée. Vendredi 9 septembre, le tribunal de commerce de Bergerac a annoncé la mise en liquidation de la société Teton, à Saint-Cyprien. Le soir même, un huissier venait sur le site pour faire l’inventaire des biens. Ils devraient ensuite être vendus par le liquidateur judiciaire. L’entreprise, qui produit des vêtements de la marque Rosa Rosam, était en redressement judiciaire depuis le 1er juillet. Les dettes se montent à près d’1 million d’euros. “ 63 personnes se retrouvent sur le carreau, dont 43 à l’usine de Saint-Cyprien ”, annonce Michel Matuziak, secrétaire général de la CFDT services de la Dordogne.

 

Le syndicaliste évoque des raisons conjoncturelles pour expliquer ces suppressions d’emplois : le coût du travail, la situation de la filière textile, avec les délocalisations vers l’Afrique du Nord ou l’Asie. Ces raisons sont mises en avant à chaque nouveau plan social dans une entreprise textile. Mais selon lui, elles n’expliquent pas tout, loin de là, car Michel Rocher, actuel P-DG, a une lourde responsabilité dans cet échec : “ Le chiffre d’affaires diminuait chaque année, mais la société était viable. Or, elle a perdu un grand nombre de clients fidèles en raison de mauvais choix de gestion et de collection ” de Michel Rocher.

 

Cet homme a racheté l’entreprise en 2009, pour l’euro symbolique. Il était alors soutenu par le conseil général (CG), qui le mit en contact avec l’ancien patron, Michel Dubernat, qui voulait fermer. “ Une fois ce rachat effectué, le conseil général est intervenu financièrement pour soutenir la reprise des 63 emplois, par le versement d’une avance remboursable de 100 000 euros (en contrepartie d’un apport de l’actionnaire de 400 000 euros) décidée à l’unanimité par les conseillers généraux ”, explique Bernard Cazeau, président du CG.

 

En 2010, 80 % de la production sont délocalisés en Tunisie. Les salariés, inquiets, ont bien du mal à avoir des réponses de Michel Rocher, en ce qui concerne l’emploi et le versement des salaires. La situation empire. Certains fournisseurs ne sont pas payés et ne livrent plus les tissus.

 

“ En avril 2011, nous avons réellement découvert que la situation était dramatique ”, décrit Michel Matuziak. Une réunion des services de l’état, des syndicats et de la direction se tient, fin mai, à la sous-préfecture de Sarlat afin de dégager des pistes d’avenir. “ L’employeur avait de vagues projets, de développement d’une gamme de luxe sur Saint-Cyprien. Cependant, ces projets n’auraient employé que 10 ou 20 personnes ”, déplore le syndicaliste.

 

Aujourd’hui, Michel Matuziak se pose des questions : “ Que va faire Michel Rocher de ce qui est produit en Tunisie ? Rosa Rosam va-t-elle continuer d’exister ? ”. Le cédétiste espère désormais que la cellule de reclassement fera du bon travail : “ L’avenir est sombre. Il n’y a pas de boulot dans ce secteur dans la région. Mais nous voulons que les salariés aient droit à une formation pour retrouver du travail. ” Mardi 12, les employés n’avaient toujours pas reçu de convocation pour leur signifier leur licenciement.

 

“ Nous étudions avec un avocat la possibilité d’attaquer l’employeur au pénal pour certaines irrégularités ”, annonce aussi Michel Matuziak.

GB

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angelilie 14/04/2017 14:23

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir