Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Impressons - Sarlat - Périgord Noir - Dordogne

Sarlat Périgord Noir Dordogne : textes, photos, vidéos, sons... Guillem Boyer

VAE Master pro

Grâce à la validation des acquis de l'expérience (VAE), j'ai validé un master professionnel de journalisme à l'Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine en 2015. Ce fut un travail de longue haleine. J'ai mis trois ans pour y parvenir. Le thème du dossier rédactionnel était : Journaliste seul en poste : quelles difficultés ?

J'ai été accompagné et tutoré par Cécile Touya et Etienne Damome.

Je me tiens à la disposition des personnes qui souhaiteraient lire ma VAE ou me poser des questions à ce sujet.

Ci-dessous, vous trouverez l'introduction et le sommaire du dossier rédactionnel.

GB

Première de couverture du dossier rédactionnel

Première de couverture du dossier rédactionnel

Introduction

Pourquoi me lancer dans la Validation des acquis de l'expérience ?

J'ai obtenu mon diplôme de journaliste à l'IUT de journalisme de Bordeaux en juin 2005. Depuis cette date, j'ai connu des expériences diverses en tant que journaliste ou dans d'autres domaines : de la reprise d'étude à une action dans une association en passant par du militantisme et par quelques expériences professionnelles dans des secteurs éloignés de la presse. J'ai depuis un certain temps le désir de valoriser toutes ces expériences.

 

Cette démarche de rédaction du dossier de validation des acquis de l'expérience (VAE), je la considère avant tout comme un projet de formation au sens large. En l'accomplissant, je souhaite également réfléchir à mes compétences en les confrontant avec le référentiel du diplôme de Master de l'Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine (Ijba). Mon but est d'améliorer ma pratique de journaliste. Par l'obtention de ce niveau de diplôme, je vise la reconnaissance officielle de compétences acquises.

 

Cette obtention serait également un encouragement à continuer ce métier choisi il y a une dizaine d'années. Tout en ayant déjà une base issue de ma formation initiale puis de mes années en tant que salarié dans des entreprises de presse, je me considère toujours comme un novice en formation permanente. Il y a donc pour moi un enjeu personnel : obtenir la reconnaissance des formateurs de l'Ijba concernant les compétences mises en pratique quotidiennement dans le cadre de mon emploi ; valider le fait qu'elles sont au niveau de ce qui est exigé d'un journaliste en France au XXIe siècle.

 

Obtenir le niveau Master peut aussi me permettre de poursuivre des études universitaires en parallèle de mon activité professionnelle, dans des domaines variés. Rien n'est encore planifié à ce sujet. La démarche n'est pas immédiatement intégrée à un projet professionnel [...].

 

Le métier est en pleine mutation avec la numérisation, le Web et les nouvelles technologies. Cette VAE me permet aussi de réfléchir à leur place dans la pratique professionnelle des journalistes et de la mienne en particulier. Pendant près de trois ans, de septembre 2006 à mai 2009, j'ai arrêté de travailler en tant que journaliste pour me consacrer à d'autres expériences. Accomplir cette démarche de validation des acquis de l'expérience me permet donc aussi de vérifier si ma pratique professionnelle correspond aux exigences professionnelles enseignées à l'Ijba.

 

Je souhaite aussi éclairer et mettre en valeur une particularité de mon parcours professionnel. Depuis 2009, il s'effectue en effet dans des journaux où je suis le seul, voire le premier, journaliste professionnel en poste. Comme je le décrirai ensuite, je vais développer tout au long du dossier une réflexion sur les questions particulières que cette situation peut poser.

 

Si je me suis tourné vers l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine pour accomplir ma démarche de VAE, c'est en premier lieu parce que je suis déjà passé par cette école. Lors de ma formation initiale, la directrice de l'IUT de l'époque nous a parlé de la possibilité d'accomplir la VAE au bout de trois ans d'activité professionnelle. Je n'ai pas oublié cette possibilité et j'ai attendu 2012 pour me lancer dans le processus.

 

Le fait de travailler en Dordogne, à proximité de Bordeaux, a également joué. J'ai gardé des contacts avec des enseignants et des membres de ma promotion, et j'ai été adhérent de l'association des diplômés de l'Ijba. Tout cela m'a naturellement amené à faire ma demande de VAE auprès de l'Ijba.

 

J'ai également fréquenté l'université de Bordeaux III, section Lettres, où j'ai obtenu une Licence. Je connais donc bien cette université. C'est un argument de plus pour choisir l'Ijba et l'Université Bordeaux Montaigne pour faire ma démarche de VAE.

 

Le dossier se compose d'une première partie qui présente synthétiquement mon parcours de formation, professionnel et personnel. Dans la seconde partie, je décris et j'analyse précisément les activités réalisées dans les situations rencontrées pendant ce parcours, ainsi que les compétences nécessaires qu'elles impliquent de mettre en oeuvre. Cette partie est divisée en deux domaines d'activités : Collecte de l'information, prise de photographies, rédaction, qui est la plus longue car c'est celle où j'ai le plus d'expérience à décrire et à analyser, puis Secrétariat de rédaction.

 

Dans le premier domaine, je reviendrai sur l'activité d'appréhension du milieu couvert, ce qui passe par l'animation d'un réseau d'informateurs et de correspondants notamment. Je décrirai ensuite l'activité de sélection et de proposition des sujets intéressants à traiter, la manière de les sélectionner et de les valoriser. Puis je mettrai en avant mon expérience dans le domaine du recueil de l'information, c'est-à-dire de l'enquête et de la vérification des informations. La sous-partie suivante présentera l'activité de rédaction d'articles et de choix des photos et des documents pouvant compléter l'article. Enfin les activités secondaires réalisées dans le cadre de mon parcours professionnel seront évoquées dans la dernière partie : de la participation à l'animation de la rédaction à la réalisation de sujets vidéos ou sonores en passant par les rapports avec les lecteurs. Une question qui s'est complexifiée depuis l'apparition puis l'avènement du Web 2.0.

 

La partie suivante proposera un descriptif de mes expériences dans le second domaine, celui du Secrétariat de rédaction : travail préalable à l'éditing, éditing, suivi du travail jusqu'au bon à tirer (BAT) mais aussi des activités plus ponctuelles comme le suivi éditorial d'ouvrages ou de publication, la réalisation de publicités, la gestion des annonces légales et des petites annonces, sans oublier la mise à jour et l'animation d'un site web.

 

Tout au long du développement de chacune de ces activités, je développerai ma réflexion sur une problématique qui m'a paru pertinente au vu de mon parcours. Comme je l'ai écrit plus haut, il a pour particularité de se développer en majeure partie dans deux petites entreprises de presse dans lesquelles je me trouve être le seul journaliste professionnel. Cette expérience me confronte ainsi quotidiennement à des situations où je suis relativement isolé pour prendre des décisions importantes.

 

Cette solitude peut poser le problème de ma capacité à ne pas sortir de la « grammaire » professionnelle du journalisme. Cette notion est utilisée par le sociologue Cyril Lemieux : « La grammaire est l'ensemble des règles à suivre pour agir d'une façon suffisamment correcte aux yeux des partenaires de l'action ». L'idée qui soutient une telle définition est qu'il existe une certaine tolérance (variable selon les individus, les situations et les moments) face aux écarts comportementaux d'autrui. Ceci signifie notamment que l'attitude d'un individu peut être ressentie par certains de ses partenaires comme frisant l'incorrection, sans que cela ne remette véritablement en cause la possibilité pour eux de continuer à coopérer avec lui. »

 

Peut-on travailler correctement en étant le seul journaliste en poste dans un journal ? Quelle rapport avec sa hiérarchie quand elle n'est pas issue du milieu journalistique mais a plutôt une orientation « syndicale » ou « imprimerie » ? Comment garder le juste équilibre entre proximité et distance avec les élus ? Comment tout couvrir ? Comment arriver à travailler les angles ? Voici la problématique à laquelle je réfléchirai tout au long de la seconde partie de mon dossier VAE, toujours en partant de mon expérience.

Extrait de la bibliographie

Extrait de la bibliographie

Sommaire

Introduction, p. 6

Première partie : présentation de mes parcours de formation, professionnel et personnel p. 11

Formation initiale, p. 11 ; Formation professionnelle continue, p. 13 ; Expérience professionnelle, p. 15 ; Expérience associative et syndicale, p. 19 ; Réalisations et travaux personnels, p. 21 ; Description des expériences professionnelles et personnelles, p. 23

Récapitulatif des activités p. 34

Deuxième partie : description et analyse des activités, des compétences, et des situations professionnelles p. 35

Domaine d'activité n° 1 : collecte de l'information, prise de photographies, rédaction

1) Appréhension de l'environnement et du milieu couvert p. 38

2) Proposition de sujets p. 117

3) Recueil de l'information p. 155

4) Rédaction d'articles, choix de photos et de documents d'information, réalisation de documents iconographiques p. 229

5) Participation à l'animation de la rédaction p. 255

6) Organisation des rendez-vous et des déplacements p. 256

7) Représentation de la rédaction p. 258

8) Réalisation de sujets vidéos ou sonores p. 259

9) Gestion des courriels, rapport avec les lecteurs p. 262

10) Mise en place d'un calendrier annuel des événements p. 265

11) Organisation du planning personnel de travail p. 266

12) Conseil en matière d'innovation dans la ligne éditoriale p. 266

Bilan du Domaine d'activité n° 1 p. 268

Domaine d'activité n° 2 : secrétariat de rédaction p. 271

1) Travail préalable à l'éditing p. 273

2) Secrétariat de rédaction, éditing p. 282

3) Suivi jusqu'à l'envoi des fichiers au centre d'impression p. 307

4) Suivi d’ouvrages, de publications, réalisation de publicités p. 309

5) Gestion des annonces légales et des petites annonces p. 312

6) Mise à jour et animation d'un site web p. 313

7) Mise en place de la rubrique faits divers à L'Essor Sarladais p. 319

Bilan du Domaine d'activité n° 2 p. 319

Bilan du dossier rédactionnel VAE p. 321

Bibliographie p. 324

Les annexes sont présentées séparément, dans des pièces jointes.

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :