Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Impressons - Sarlat - Périgord Noir - Dordogne

Sarlat Périgord Noir Dordogne : textes, photos, vidéos, sons... Guillem Boyer

Les femmes du Périgord (retour sur l'info)

Paru dans L'Essor Sarladais en septembre 2011

Victoria Man-Estier avec son dernier livre en septembre 2011 (Photo GB)

Victoria Man-Estier avec son dernier livre en septembre 2011 (Photo GB)

Une exposition sur les femmes du Périgord

Vingt-cinq sont mises en avant aux Archives départementales à Périgueux

 

Jusqu’au jeudi 15 septembre, il est possible de visiter l’exposition réalisée par Victoria Man-Estier, aux archives départementales de la Dordogne à Périgueux (9 rue Littré). Consacrée aux Femmes du Périgord et commandée par le conseil général, elle a été conçue par Victoria Man-Estier. Cette journaliste, mariée à Claude Estier, écrit et œuvre depuis trente ans pour la cause des femmes*. Elle habite dans le XVIIIe arrondissement de Paris, mais séjourne depuis une trentaine d’années dans le Périgord Noir, d’abord à Vitrac puis, depuis quelque temps, sur la commune de Coux-et-Bigaroque. Elle y viendra encore plus maintenant, puisque sa fille, Elena, est la nouvelle conservatrice chargée des grottes ornées au Centre national de préhistoire de Périgueux.

 

C’est en 2010, au pied du Sacré-Cœur, qu’a germée l’idée de cette exposition. L’an passé, on a fêté le centenaire de la Journée de la Femme. A cette occasion, Victoria Man-Estier a réalisé pour la mairie de XVIIIe arrondissement de la capitale une exposition sur 18 femmes qui ont fait l’histoire de ce quartier : on y retrouve, entre autres, Louise Michel et, déjà, Joséphine Baker. “ Lors de l’édition 2010 du Périgord à Montmartre, c’est en discutant avec le président Bernard Cazeau que m’est venue l’idée d’une exposition sur le même thème, mais à propos de la Dordogne. ” Les élus périgordins acceptent cette proposition, et Victoria Man-Estier se met au travail. Elle se documente, rencontre les familles ou les dépositaires de la mémoire, dont beaucoup sont toujours dans le département... Vingt-cinq figures émergent, de la religieuse, à la prophétesse en passant par la peintre ou la résistante. Elle écrit les textes, recherche des images pour illustrer et met parfois la main à la pate en dessinant elle-même.

 

Une plaquette. In fine, les quatre couleurs du Périgord sont là : et le Noir est le plus représenté, avec neuf femmes mises en avant. Parmi elles, Les Petites Vénus, des statuettes préhistoriques “ superbes et émouvantes ”, ou madame Pataud, jeune femme de 16 ans découverte aux Eyzies, qui remonte à 27 000 ans. “ C’est la plus ancienne de nos Périgordines, il y a de grandes chances qu’elle soit morte en couche. ”

 

Plus près de nous, il y a l’incontournable Joséphine Baker, la journaliste de Laroque-Gageac Jacqueline Bérard-Quélin, “ fondatrice du Siècle**, avec son mari ”, Marie de Hautefort ou Denis de Sonneville-Bordes, une préhistorienne. A chaque fois, c’est une rencontre passionnante avec une femme dans son époque.

 

Pour ceux qui ne pourront pas se rendre avant le 15 septembre aux Archives, rien n’est perdu. Les panneaux devraient en effet vadrouiller dans les différentes communes d’où sont originaires les femmes mises en avant. Saint-Cyprien, Castelnaud, entre autres, sont donc en programme, à une date indéterminée. En plus, Victoria Man-Estier se bat pour que le conseil général réalise une plaquette à partir de l’exposition. Une occasion de plus pour mettre en avant les femmes : “ Les acquis des femmes sont récents, et cela reste un long combat. Beaucoup de jeunes filles d’aujourd’hui ne le savent pas. ”

G. Boyer

* Sur le thème de la femme de Paris, à lire Le Paris des femmes célèbres, que Victoria Man-Estier a rédigé avec Sybil Canac, Gilles Targat réalisant les photos. 14,90 m TTC. 256 pages. éditions du chêne.

** Un cercle parisien où se réunissent les plus grands dirigeants politiques et économiques français, ainsi que certains journalistes.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article